Philosophie d’entrepreneur : 530 réponses en ligne

Formations en ligne de réponses aux questions que se posent les entrepreneurs et les créateurs d'entreprises

Avez-vous créé votre entreprise ?

... avec la création d'entreprise
  • Adoptez la pensée entrepreneuriale
  • Rédigez votre Business plan
  • Élaborez votre modèle économique
  • Lancez votre entreprise
  • Etc...

... avec la gestion d'entreprise
  • Bousculez votre marché avec un marketing utile
  • Optimisez votre méthode de vente
  • Développez votre entreprise
  • Gérez vos ressources
  • Etc...

Cliquez sur l’image correspondante à votre situation pour répondre la question ci-dessus pour passé à l’étape suivante.
Pour vous aider à faire le bon choix, consultez les informations ci-dessous sur la création d’entreprise ainsi que sur le projet d’entreprise.

La différence entre le projet d’entreprise et la création d’entreprise

Le passage du projet d’entreprise à la création d’entreprise c’est le moment où l’on déclare au registre du commerce l’activité. Avant cet événement vous êtes un porteur de projet avec toute la latitude possible de mesurer la faisabilité ou non de votre entreprise. Après votre immatriculation vous n’avez plus d’autre choix que d’appliquer votre projet dans la réalité de la création de votre entreprise.

Des projets d’entreprises plus ou moins rapides

Il y a plusieurs formes de projet d’entreprise et le passage par un Business plan est une forme parmi d’autres, mais il n’est pas obligatoire. Dans sa forme la plus courte le projet d’entreprise consiste à immatriculer une entreprise sur la base d’une idée et en démarrer la commercialisation le plus rapidement possible. D'autres projets plus complexes nécessitent le passage par un plan d’affaires, afin de définir les différentes interactions entre les ressources. La nécessité d’un modèle d’affaires permet d’évaluer, entre autres, les besoins de trésoreries éventuelles à chaque étape de l’entreprise.

Les paliers d’évolution de l’entreprise

La création d’entreprise passe par une succession d’étapes menant à l’autonomie de l’entreprise. Ces états plus ou moins marqués sont des paliers d’évolution de la structure. Selon les besoins de l’entreprise les étapes sont multiples : embauche de salariés, campagnes marketing, nouveaux locaux, nouveaux produits, achat de machines, etc. Ces paliers se caractérisent par une phase de lancement, une phase de rentabilisation et une phase de consolidation. Ce n’est qu’une fois que l’entreprise est à nouveau dans une phase de consolidation qu’il est judicieux de lancer une nouvelle étape.

Anticiper l’opportunité d’affaires avec un projet d’entreprise

Jusqu'au lancement de votre entreprise, vous avez encore le choix de décider de créer ou de ne pas créer une forme juridique. Retarder ou précipiter un démarrage d’entreprise n’est pas rare, bien au contraire, car il y a six facteurs qui définissent le bon lancement d’une entreprise. Le plus important c’est d’être prêt lorsque se présente la bonne opportunité. Se former à la création d’une entreprise, même sans une idée précise, est un atout essentiel pour se préparer un futur radicalement différent. Car la première étape de la création d’entreprise est une introspection sur vos capacités à changer votre état d’esprit vers la pensée entrepreneuriale.

4 étapes au projet d’entreprise

Avant de rédiger votre business plan vous devez impérativement vous plonger dans la pensée entrepreneuriale. Votre plan d’affaires sera bien plus crédible pour vos investisseurs si vous le construisez avec un état d’esprit de porteur de projet. L’élaboration de votre Business Model sera basée sur la vente de prestations ou de produits et non sur la base d’un coût horaire. Lors du démarrage de votre entreprise vous aurez déjà l’état de conscience d’un chef d’entreprise.

De la pensée salariale à la pensée entrepreneuriale pour la création d’entreprise

« La principale cause d’échec d’un entrepreneur c’est de conserver des veuilles pensées salariales dans ses prises de décisions. » Franck l’Agitateur d’entreprises©

Arrêtez de vendre votre temps

Pour créer son entreprise, il est important d’adopter une pensée entrepreneuriale. La pertinence de votre projet d’entreprise sera dictée par une logique de pensées tournées vers une stratégie évolutive et sans limite. Les pensées d’un entrepreneur doivent le guider vers des solutions différentes, de la logique comptable, qui consiste à facturer l’heure de travail effectuée.

« Le salarié vend son temps, l’entrepreneur vend sa compétence ! » Franck l’Agitateur d’entreprises©

La sécurité financière l’erreur des créateurs

Pour comprendre la pensée entrepreneuriale, il faut bien comprendre les limitations de la pensée salariale. Alors que la pensée entrepreneuriale s’exprime dans une notion de liberté, la pensée salariale se concentre sur une pensée sécuritaire. Au cœur de toutes les peurs, la sécurité permet à une grande majorité de la population d’accepter les contraintes du salariat. Par la sécurité financière qu’il apporte, le statut de salarié offre une rassurante projection d’un futur planifié. Vous avez un salaire, donc vous cotisez pour : la maladie, le chômage, la retraite, etc. et ces cotisations varient énormément selon votre pays de résidence, mais elles permettent de se projeter dans un futur plus ou moins serein.

La liberté est essentiel pour un entrepreneur

Ce qui caractérise la pensée entrepreneuriale c’est avant tout la liberté qu’elle procure. Cette liberté peut avoir de nombreuses facettes : liberté financière, de mouvement, de métier, de fréquentation, de loisirs, etc. La liberté de l’entrepreneur un prix à payer celui de la prise de risque. La qualité qu’un entrepreneur doit avoir avant tout c’est la capacité à prendre des risques mesurés. La difficulté du risque mesuré n’est pas dans la prise de décision, mais dans les informations à récolter, à structurer à analyser et à synthétiser afin de prendre la décision la plus calculée possible. La liberté de tout gagner ou de tout perdre est souvent incomprise des proches du chef d’entreprise. Celui qui veut une réussite rapide prendra davantage de risques que celui qui à plus à perdre qu’à gagner.

« C’est votre liberté de pensée qui définit ce que vous pouvez risquer de perdre à chaque décision entrepreneuriale. » Franck l’Agitateur d’entreprises©

L’entrepreneur ose prendre des risques

Si vous recherchez avant tout la sécurité, le monde de l'entrepreneuriat n’est pas pour vous. Il se passera de nombreuses années avant de vous sentir en pleine sécurité dans votre vie quotidienne d’entrepreneur. Dans une entreprise, l’argent gagné est systématiquement réinvesti pour construire demain. Ne vous y trompez pas, c’est la capacité à oser prendre des risques qui construit la fortune. Plus les risques sont gros plus les revenus sont conséquents, mais malheureusement les conséquences des risques sont souvent plus nombreuses que les réussites. La résilience à prendre de nouveaux risques malgré les échecs construit la force mentale de l’entrepreneur.

Le plan d’affaires n’est pas obligatoire

Il n’est pas obligatoire de rédiger un Business plan pour créer une entreprise. En revanche il est utile, et même indispensable, d’élaborer un plan d’affaires pour obtenir des financements et des partenariats. Comme porteur de projet, la rédaction de votre plan d’affaires vous permettra de vous poser les 200 questions incontournables à la faisabilité de votre projet d’entreprise. Cette description détaillée de votre future entreprise, vous permettra de comprendre tous les enjeux de la création d’un centre de profit. Que vous créiez votre entreprise ou non, l’élaboration d’un plan d’affaires est une aventure humaine qui vous apportera un autre regard sur votre personnalité et vos compétences.

De la page blanche à la rédaction du Business plan

De nombreux porteurs de projets sont terrifiés à l’idée de rédiger leur Business plan. Bien qu’il existe de nombreux modèles disponibles pour s’inspirer, la difficulté réside dans le fait que ce document est créé à l’attention de personnes tierces, qui peuvent être intimidantes. De plus, nous ne sommes pas égaux devant nos capacités rédactionnelles respectives. Bien que chaque entreprise soit différente, le Business plan est construit sur une base approximativement identique d’un concept à l’autre. Pour démarrer la rédaction de votre Business plan vous pouvez vous munir de modèles, ainsi que de guides e-book vous incitant à vous poser les bonnes questions spécifiques à votre projet.

Le business plan ou le mode d’emploi des ressources

Si vous n’avez pas d’investisseur ou de partenaires à convaincre, il est inutile de vous lancer dans l’élaboration d’un Business plan. Toutefois, il est très utile d’établir un Business Model afin de valider la réalité économique de votre projet. Vous pouvez aussi, moyennant finances, vous procurez des exemples de Business plan pour des entreprises similaires à la vôtre, afin de vérifier que vos ambitions ne soient pas trop éloignées de la réalité du marché. Comprenez bien qu’un Business plan est une sorte de mode d’emploi expliquant comment vous allez utiliser les ressources que vous allez rassembler pour votre projet.

Le Business Model, la partie chiffres du Business plan

Partie intégrante du Business plan, le modèle économique décrit la méthode avec laquelle votre centre de profit gagne de l’argent. En plus du traditionnel tableau de calcul Excel, ce document explique en détail les mécanismes de conversion des prospects en clients, ainsi que les coûts que cela entraîne. Le Business Model est le document confidentiel qui résume le cœur de votre activité, ainsi que votre stratégie de conquête du marché. Lorsque vous faites appel à des banques, pour vous financer, généralement il n’y a que le modèle d’affaires de votre Business plan qui les intéressent.

Le modèle d’affaires n’est pas qu’un tableau de chiffres

Souvent lorsqu'on s’adresse à une banque pour un financement d’entreprise, cette dernière vous confie un Business plan type à compléter. Il s’agit pour eux de structurer votre demande sous forme de cases à compléter, qu’ils vont retranscrire dans leur programme analytique de leurs ordinateurs. Cela explique que de nombreux porteurs de projets imaginent que le Business plan n’est en réalité qu’un gros tableau Excel. Cette vision simpliste oublie totalement le fait que le modèle d’affaires est en réalité une explication détaillée du fonctionnement de votre future entreprise. C’est la façon dont vous allez gagner de l’argent qui est plus importante que la projection de vos résultats hypothétiques.

Le contenu du modèle d’affaires

Une fois votre Business plan rédigé, il vous reste à expliquer comment vous allez gagner de l’argent. Le but d’une entreprise étend de gagner de l’argent, le modèle d’affaires est là pour expliquer à vos partenaires, comment vous allez vous y prendre. Le piège le plus courant, dans lequel tombent les porteurs de projets, c’est de confondre le marketing et la vente. Dans votre Business Model, la partie marketing explique comment vous allez attirer les clients à vous, ou alors si vous êtes en B2B, comment vous allez démarcher les clients professionnels. D'un autre côté, la partie vente détaille comment vous allez convertir les prospects, ainsi récoltés, en fidèles clients.

Le démarrage d’entreprises, le point de non-retour

Le passage du porteur de projet au statut d’entrepreneur réside dans les actes d’enregistrement de la société auprès des instances légales de votre pays. Tant que votre entreprise n’est pas inscrite, vous restez un porteur de projet qui peut choisir de ne pas créer. Dès que votre entreprise est inscrite vous changer de statut social et vous devenez un entrepreneur. Si vous avez suivi une formation qui vous prépare correctement à ce changement de vie, votre transition ne sera pas un frein pour votre entreprise.

L'entrepreneuriat c’est le droit gagner de l’argent légalement

Votre entreprise est inscrite auprès des instances légales : vous avez enfin le droit de gagner de l’argent légalement avec votre forme juridique. Mais vous avez surtout l’obligation de payer les impôts et taxes obligatoires à ces mêmes instances légales. Vous l’avez compris, vous n’avez plus le choix, vous devez faire ce pour quoi l’entreprise a été créée, à savoir gagner de l’argent. Même si vous êtes animés par des buts profondément idéologiques, rappelez-vous que la fonction même d’une entreprise et de gagner de l’argent, indépendamment du fait de s’enrichir.

Lancer son entreprise dans de bonnes conditions

Chaque année les porteurs de projets sont très nombreux à se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Et chaque année malheureusement de nombreux d’entre eux subissent une liquidation sans vraiment comprendre pourquoi. Certains réussissent et d’autres non, et cela n’a rien à voir avec de la chance. La réussite dépend d’une part de la préparation minutieuse du projet et d’autre part de la capacité aux porteurs de projets de penser comme un entrepreneur.

« Entrepreneuriat : Il est illusoire de penser qu’il soit possible de transformer des centaines de moutons dociles, avec un état d’esprit de salarié, en en chevaux de course affichant un mental de vainqueur. » Franck l’Agitateur d’entreprises©

9 entreprises sur 10 disparaissent dans les 10 ans

Arrêtez de penser que les incubateurs d’entreprises étatiques vont vous transmettre les informations utiles pour la gestion de votre entreprise. Autant ils sont très compétents pour vous permettre de démarrer une entreprise dans de bonnes conditions, autant ils sont incapables de vous transmettre les compétences pour la gérer. Si vous en doutez encore, dans presque tous les pays, les chiffres sont les mêmes : 50 % des entreprises déposent le bilan avant 5 ans d’activités, et 9 entreprises sur 10 disparaissent dans les 10 ans. Pensez-vous que, sur les routes de l’entrepreneuriat, ce « permis de créer » n’est pas la cause de ces milliers « d’accidents d’entreprises » qui sont allées droit dans le mur ?

Après la création, il n’y a plus personne pour vous aider

Dès que vous aurez lancé votre entreprise, les incubateurs d’entreprises étatiques ne pourront plus rien pour vous. Leurs compétences et surtout leurs autorités s’arrêtent là. En créant votre entreprise, vous entrez dans la logique capitaliste ou théoriquement, l’État n’a plus son mot à dire. Pourtant à ce moment-là, la réalité du marché vient frapper de plein fouet les théories de votre Business plan. Si la cruelle réalité montre que tout ce qu’on vous a enseigné, pour espérer réussir, ne marche pas, ce ne sera jamais leurs fautes, mais la vôtre. Car la théorie enseignée est juste, elle vient en droite ligne des écoles de management. Le fait de la remettre en cause, viendrait contredire l’enseignement scolaire enseigné et proposé par le même État complice. Par définition, la théorie est parfaite, c’est vous qui n’êtes pas à la hauteur.

La gestion, la partie la plus difficile de la création d’entreprise

Pour la gestion de votre entreprise, vous devez avoir mis en place un plan d’affaires basées sur un marketing utile, une véritable méthode de vente et une gestion globalisée des ressources. Vous devez bousculer votre marché pour y faire votre place, avec une stratégie marketing qui répond aux attentes de ce marché. Les prospects concernés doivent être convertis dans les meilleurs délais à l’aide d’une méthode de vente efficace. La fidélisation de ses nouveaux clients sera garantie par une gestion des ressources optimales, afin de satisfaire leurs besoins.

Un marketing qui convertit les prospects en clients

Lorsque l’on parle d'actions marketing d’entreprise, il est important de préciser si l’on parle de la diffusion de la marque, de la promotion de nouveaux produits ou encore de la recherche de nouveaux clients. Quel que soit le but recherché, le marketing est un poste important dans le management d’entreprise et il a un certain coût. Un marketing utile est généralement attribué à une campagne qui a pour objet de convertir des cibles marketing en clients potentiels. Cette conversion est un taux mesurable qui permet d’ajuster les budgets de publicité d’une entreprise.

Conquérir son marché avec des campagnes marketing

À chaque produit correspond une clientèle cible ! Le plus important est de savoir si c’est votre cible client qui doit apprécier votre produit : « créer le besoin » ou bien si c’est votre produit qui doit s’adapter aux clients : « le besoin du client ». Une bonne étude de marché devrait vous permettre de répondre à cette question est ainsi d’orienter toute la politique marketing de votre entreprise. La bonne question à se poser est résumée comme suit :

« Demandez-vous si ce sont les contraintes de production qui définissent le produit que vous proposez ou si ce sont les clients qui le réclament ? » Franck l’Agitateur d’entreprises©

Mesurer le taux de conversion d’une campagne marketing

Les professionnels du marketing digital n’ont que ce mot à la bouche : « le taux de conversion ». En effet les nombreux systèmes d’achat de mots-clés aux enchères poussent les Marketeurs à calculer au plus juste les budgets investis en fonction des résultats obtenus. Dans le marketing traditionnel l’enveloppe budgétaire allouée à la campagne de pub est estimée en fonction des ventes prévisionnelles habituelles. Les choix marketing de vos campagnes vont souvent dépendre du prix de vente de vos produits, bien plus que de vos marges.

Une méthode de vente pour atteindre ses objectifs

Le nerf de la guerre d’une entreprise c’est de vendre. Nous parlons ici d’une guerre économique, qui ne peut être gagnée que par des vendeurs et des commerciaux qui sont les mieux armés pour cela. L’arme la plus redoutable, de la stratégie commerciale, est la méthode de vente. Comme un bon ouvrier qui choisit le bon outil, le bon vendeur choisit la bonne technique de vente à chaque étape du processus commercial. Une entreprise qui réussit à atteindre ses objectifs est composée de vendeurs qui appliquent une méthode de vente à chaque fois.

Les 5 étapes incontournables de la vente

Pour arriver à vendre régulièrement vos produits et services, vous devez observer cinq étapes incontournables. La première c’est la préparation à la vente : vous ne pouvez pas interagir avec un client potentiel sans y être préparé, c’est l’échec assuré. La deuxième étape c’est la prospection commerciale : vous devez savoir qui a besoin de votre produit ou service et quand pour le contacter au bon moment. La troisième étape c’est le rendez-vous de vente : vous êtes confrontés à votre client et c’est le moment décisif pour être convaincant. La quatrième étape c’est la négociation commerciale : sans même parler du prix vous devez satisfaire les demandes du client pour le délai, les conditions de livraison, service après-vente, etc. La cinquième étape c’est la fidélisation du client : un client qui a signé n’est pas encore un client convaincu, il ne sera une fois qu’il aura bénéficiée de votre produit ou service.

Un chiffre d’affaires obtenues par un procédé de vente

Une entreprise ne peut pas se permettre d’atteindre son chiffre d’affaires en fonction des états d’âme de ses commerciaux. Lorsque l’entrepreneur est seul, tel un indépendant, il ne peut pas espérer des ventes sur sa capacité à sourire face à un client, malgré son stress. Lorsque Franck l’Agitateur d’entreprises© a inventé son procédé de Vente Analytique©, c’était avant tout pour lutter contre ses propres états d’âme liées à son stress d’entrepreneurs. « Je ne pouvais pas me permettre de ne pas vendre parce que j’avais des soucis d’argent ! ». Avec les années, sa méthode de Vente Analytique© est devenue un processus complet, touchant toutes les phases de la vente. De la prospection… à la signature, en passant par les cartes de visite : il n’y a pas de place au hasard.

Les commerciaux qui croient savoir vendre

Le commercial qui a des aptitudes naturelles à la vente est persuadés qu’il n’a pas besoin de méthode de vente. Son empathie naturelle et son entregent lui donnent un avantage considérable sur la relation client, par rapport aux autres vendeurs. Il consolide sa confiance en lui par des techniques de vente qui lui permet d’améliorer ses chiffres. Toutefois lorsqu’il subit des émotions dans sa vie, ses résultats varient avec elles. Car contrairement à ce qu’il pense, le fait de ne pas avoir de méthode de vente le fragilise considérablement. Alors qu’un vendeur naturellement moins doué obtiendra des résultats bien plus réguliers en appliquant scrupuleusement une méthode de vente, bien enseignée.

La différence entre les méthodes et les techniques de vente

Alors qu’énormément d’entrepreneurs confondent encore le marketing et la vente, ils sont encore bien plus nombreux à confondre « méthode de vente » et « techniques de vente » :
  • Une technique de vente est un outil de vente, utilisable à un moment précis, pour obtenir du client une réaction.
  • Une méthode de vente est un processus, en plusieurs étapes, amenant le futur client à comprendre l’intérêt qu’il a à acquérir le produit ou le service.
Ces définitions n’étant pas exhaustives, elles résument bien ce qu’un commercial a besoin d’apprendre pour atteindre ces résultats. Un vendeur confirmé ajoutera à sa propre méthode des techniques complémentaires, alors qu’un vendeur débutant recherchera une méthode de vente complète.

Un modèle d’affaires validés pour un développement d’entreprise

Pour développer votre entreprise, vous devez au préalable avoir validé un modèle économique fiable. Une fois que le processus du modèle d’affaires est complet, testé, validé et qu’il a rapporté ses fruits, qu’il peut être développé. Sur le marché, un modèle d’affaires validés, c’est une succession d’étapes marketing et ventes, qui permet de commercialiser suffisamment de produits et services (afin de couvrir tous les frais). De plus il doit être reproductible en augmentant les échelles de volume. La phase de démarrage d’entreprises est alors terminée et il est temps de lancer la phase de développement d’entreprise.

Le développement d’entreprise par la distribution

Le levier le plus puissant à mettre en œuvre pour le développement d’une entreprise, consiste à augmenter la distribution de ses produits et services de façon significative. La mise en place d’un réseau de distribution ou d’une vente directe, à grande échelle, sont les clés d’une croissance rapide. Le réseau de distribution s’appuie sur des partenaires fiables qui assurent la commercialisation, ou la distribution, de vos produits et services. Une distribution, en vente directe, repose sur une logistique sans faille d’acheminement des produits et services directement au consommateur final. C’est souvent le type de produit ou service vendu, qui détermine naturellement la meilleure méthode de distribution. Toutefois, les grandes réussites d’entreprises ont montré que c’est le contournement des systèmes traditionnels qui amènent le succès.

Une organisation bien huilée pour un développement rapide

Le développement d’une entreprise consiste à mettre en place une organisation interne, digne d’une administration, où chaque tâche et bien définie. Ce développement s’appuie sur une distribution de produits et services pouvant être démultiplié à l’infini. Le développement d’une entreprise entraîne des besoins financiers plus importants que la normale et les besoins en trésorerie doivent être anticipés. Et enfin pour rester compétitif, l’entreprise doit anticiper le remplacement de ses produits et services par les nouveautés, avant même d’en lancer la distribution.

La gestion des ressources, la clé du développement d’entreprise

On distingue trois principales ressources dans une entreprise : Les ressources humaines, les ressources matérielles et les ressources financières. L’art de la gestion d’une entreprise consiste à ne jamais manquer de ressources. Les ressources humaines assurent que les tâches de production ou les tâches administratives soient effectuées en temps et en heure. Les ressources matérielles déterminent la continuité dans la production et dans la livraison des produits et services. Les ressources financières garantissent le financement de toutes les ressources utiles au bon fonctionnement de l’entreprise.

Les ressources humaines, un frein au développement d’entreprise

Si de nombreuses entreprises délocalisent, c’est avant tout, pour aller chercher la main-d’œuvre le moins cher possible autour du globe. En fonction des besoins en main-d’œuvre, qualifiée ou non, la moyenne des salaires est déterminante selon le pays pour un développement rapide. Si des hauts salaires peuvent être un frein pour une production de masse, ils peuvent être un atout, lorsque l’entreprise offre des services de grandes qualités. Les ressources humaines dans une entreprise, c’est l’équilibre entre la qualité des services proposés et la quantité des services fournis.

Les ressources financières, la tragédie du développement d’entreprise

Une fois l’équilibre de l’entreprise atteinte, chaque étape de développement engendre des décalages de trésorerie, qui nécessitent des investissements. Vendre plus implique, à un moment ou un autre, davantage de ressources comme des locaux, de la main-d’œuvre, des véhicules, des achats volumineux, etc. Si les réserves financières de l’entreprise ne sont pas suffisantes, elle devra faire appel à des investisseurs ou un prêt, faute de quoi, elle peut être victime de son succès et mourir de sa croissance trop rapide.